Cela ne fait aucun doute que l’art visuel qu’est la peinture prend de plus en plus ses marques au Cameroun. C’est le constat qui se fait au regard de la multitude des ambassadeurs du pinceau qui se démarquent au quotidien à travers leurs réalisations et aptitude à faire parler du Cameroun dans les quatre coins du monde. Cette nouvelle vague d’artistes peintres est représentée aujourd’hui dans la rubrique “portrait” de cette semaine par Abdias Ngateu.

Né Ngateu Kemamen Abdias Aldovic, Abdias Ngateu, aujourd’hui âgé de 29 ans est un artiste  peintre camerounais qui fait ses débuts dans l’art à travers une initiation aux arts graphiques et décoratifs entre 2004 et 2008 alors qu’il encore élève. Lui, qui, jadis souhaitait devenir technicien de laboratoire, pilote d’avion ou informaticien, a finalement été conquis par les pinceaux et les toiles, d’où le changement de voie immédiat vers le monde artistique.

Alors qu’il est toujours sur les bancs du lycée, il va poursuivre son apprentissage aux côtés du plasticien Hervé Youmbi avec qui il va passer deux ans. En 2014, c’est un coup double pour l’apprenti peintre qui va obtenir son baccalauréat et achever sa formation en peinture. Cet intérêt pour la peinture  grandit au fur et à mesure qu’il apprend et c’est ainsi qu’il décide d’en faire un moyen pour partager sa vision du monde. En 2016, il va pleinement se lancer dans l’art, d’abord dans la photographie à travers la formation qu’il va suivre à l’agence Kam’Art de Max Mbakop. Ensuite il va s’intéresser à la performance lors de son passage au musée La Blackitude à Yaoundé.

Titre: Nid de poule, une des toile présentée à l’expo “the last picture show” à la Banque mondiale à Yaoundé, juin 2016/ Abdias Ngateu

Au même moment, Abdias Ngateu fait déjà des apparitions dans des événements consacrés aux arts visuels, notamment le Bali Arts Market (BALAMA), The last picture show, « Cameroun, une vision contemporaine » initié par la Banque mondiale à Yaoundé, Les Rencontres d’Arts Visuels de Yaoundé (RAVY) et sa première exposition solo au salon d’art contemporain du Mali, Ségou’Art.

Dès 2017, les chef-d‘œuvres de l’artiste commencent à se retrouver dans de nombreux événements locaux et étrangers. En plus des scènes locales, il va être sélectionné tour à tour pour participer à plusieurs expositions collectives à l’international telles que « La migration des couleurs » (France), les « Carrefours des arts plastiques » (Burkina Faso), « Off Dak’Art » (Sénégal, 2018), « Extravagance, out of Africa » (Espagne, 2018), « Biennale Internationale des Arts Naïfs d’Abidjan » (Côte d’Ivoire, 2018) à l’issu duquel il a reçu le prix jeune espoir et plus récemment au festival sur le Niger, Ségou’Art 2 (Mali).

Quelques toiles d’Abdias Ngateu exposées au Ségou’Art 2019

Abdias Ngateu, par ailleurs lauréat du concours « Goethe découverte » en 2015, est un artiste qui se démarque à travers un style particulier observé dans la plupart de ses toiles. Il s’agit en effet de l’utilisation des animaux pour illustrer ses différents messages. Le peintre justifie ce choix en ces termes que « L’homme est un animal politique, et c’est le seul moyen de mieux passer mes messages. Nos comportements sociétaux et urbains sont devenus très animalesques. Trop de guerres de territoire, la guerre pour le pétrole, l’or, le diamant, etc… C’est le même phénomène chez les animaux, donc j’ai eu l’idée de le faire pour mieux questionner ce monde qui se meurt ».

Titre: Le retour de “ndjoka”, août 2018/ Abdias Ngateu

Cet artiste qui avoue vivre de son art trouve néanmoins qu’il y a encore beaucoup à faire pour une meilleure compétitivité de la peinture au Cameroun et sur le plan international. Pour lui, la volonté dont font preuve les nombreux ambassadeurs plasticiens camerounais ne suffit pas à faire rayonner cet art. Il déplore la non-implication de l’Etat et des opérateurs culturels dans cette tâche alors que « L’art camerounais commence à être de plus en plus sur les grandes scènes artistiques internationales (foires, festivals, biennales…). En plus de la monté abondante de la nouvelle génération d’artistes plasticiens camerounais, l’art camerounais a sa place sur la compétitivité internationale »

Alors que le public tarde encore à comprendre la portée de la peinture au Cameroun, Abdias Ngateu à son niveau n’hésite pas à apporter sa contribution pour favoriser l’expansion de cet art auprès de ce dernier et de ceux qui pensent qu’il n’a aucun avenir. Sa tactique ? Se rendre disponible pour ceux qui voudraient apprendre. « Je suis ouvert à tous jeunes pour travailler avec eux. Le cas en est car j’ai animé un atelier en août dernier à Bâtie, à l’ouest au Cameroun où j’ai travaillé avec les étudiants des beaux-arts du Cameroun pour leur apprendre certaines notions et parler de ma petite expérience ». Confie-t-il.

Somme toute, le plasticien reste convaincu d’une chose, c’est que la peinture artistique dans les prochaines occupera une place de choix au Cameroun, seulement « si les artistes plasticiens camerounais décident de travailler ensemble ». Si jamais c’est le cas, « la peinture sera glorifiée au Cameroun ».

Avec quelques expositions solo à son actif et dont la plus récente est “hors norme de 2018”, Abdias Ngateu ne laisse rien entrevoir pour le moment en ce qui concerne la suite de sa carrière. Toujours est-il qu’il travaille certainement sur de nouvelles toiles qui seront bientôt exposées quelque part dans le monde.

Peinture réalisée par Abdias Ngateu et postée récemment sur son mur Facebook/ Titre: A toutes vitesses/

Colbie MEDJOM

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page