La conférence de la Fondation Music in Africa pour les collaborations, échanges et showcases (ACCES), abordera l’une des questions les plus controversées de l’industrie musicale africaine, à l’occasion d’une table ronde prévue pour le 16 novembre à Nairobi (Kenya). Il s’agit de la collecte des redevances en Afrique. 

La question de la collecte des redevances est une véritable pomme de discorde depuis de nombreuses années. Le panel d’ACCES 2018 sur le thème « La collecte des droits d’auteur, plus grand ennemi de l’Afrique ? », réunira à Nairobi des professionnels du droit d’auteur et des redevances musicales du continent.

La discussion s’articulera autour de plusieurs points, notamment l’environnement juridique actuel des artistes, le rôle joué par les parties prenantes dans la résolution des problèmes de collecte et de paiement,  le rapport 2017 de la CISAC au sujet des collectes globales et l’état de la collecte des redevances au Kenya.

Cette table ronde sera animée par Maureen Kunga, musicienne et avocate à la cour suprême kenyane, en présence du directeur exécutif du Kenya Copyright Board (KECOBO), Edward Sigei, du directeur régional de la CISAC, Samuel Sangwa (Rwanda), de la directrice de l’association des producteurs de musique du Kenya, Angela Ndambuki et du représentant de la SACEM pour l’Afrique, Akotchaye Okio et de l’artiste musicien camerounais Blick Bassy.

Eddie Hatitye, directeur de la Fondation Music in Africa, a déclaré que la discussion a toute son importance, dans un contexte où la plupart des pays africains font face à un défi énorme dans ce domaine. “Cette discussion est d’une importance primordiale en Afrique. Nous invitons toutes les parties prenantes, en particulier les musiciens, à y participer très activement”, a-t-il déclaré.

La session, qui débutera le vendredi 16 novembre 2018 à 11 h 05, permettra aux participants de partager leurs préoccupations sur la question.

La collecte des redevances: le défi permanent de l’Afrique

La collecte des redevances est l’un des plus grands défis de l’industrie africaine de la musique. Pour les créateurs qui peinent à profiter des revenus générés par leurs œuvres, ce sujet est sensible.

La non-perception des redevances est inextricablement liée au piratage, qui est souvent négligé dans de nombreux pays africains, où les lois régissant le droit d’auteur sont inexistantes ou peu appliquées.

Beaucoup de musiciens africains, de responsables de labels et de professionnels du droit, ont publiquement condamné des organisations de gestion collective et décideurs politiques, pour n’avoir pas réussi à créer des conditions favorables aux créateurs de musique.

Lire aussi “Que retenir de l’African Music Forum 2018?”

À propos d’ACCES

ACCES (Music In Africa Conference for Collaborations, Exchange and Showcases) est une conférence annuelle qui accueille des acteurs de l’industrie musicale de tout le continent africain.

ACCES 2018 se tiendra à Nairobi, au Kenya, du 15 au 17 novembre et verra les professionnels de la musique converger vers la capitale kényane pour échanger des idées, découvrir de nouveaux talents et mettre en place des synergies panafricaines. La conférence propose des workshops, des tables rondes, des présentations, des séances de networking, des expositions, des showcases, des concerts et des visites de lieux clés de l’industrie de la musique à Nairobi.

ACCES est organisée par la Fondation Music In Africa en partenariat avec le Goethe-Institut, Siemens Stiftung, la Commission présidentielle permanente de musique du Kenya et le Kenya Cultural Center.

 

Repost from Music In Africa

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page