Cinéma : Ces films qui ont fait parler d’eux en 2019 au Cameroun

2019 a été marqué au Cameroun par une véritable expansion du cinéma camerounais. On a vu le public manifester sa volonté à aller en salle regarder un film camerounais rien qu’à la publication d’une affiche et/ou d’une bande-annonce.

La volonté s’est davantage fait ressentir lors de la tournée promotionnelle du film dans les médias traditionnels et sur les plateformes digitales, mettant à chaque fois l’eau à la bouche de la cible. Ceci dit, à chaque fois que la sortie d’un film était annoncée, les camerounais sur la toile exprimaient leur volonté à le découvrir. Pourquoi ? Peut-être séduit par l’aspect packaging du projet.

Aujourd’hui la rédaction de Kulture Master dresse une liste de 10 films camerounais qui ont fait écho en 2019 de par leur capacité à susciter l’intérêt auprès du public (campagne promotionnelle) et la mobilisation à la sortie (grande première).

  • « Shenanigans » réalisé par Salem Kedy et produit par Muriel Blanche.

Le film sorti en août 2019 aura gagné le mérite d’avoir fait naître l’envie auprès du public d’aller en salle. Le pari était déjà gagné d’avance par la production avait misé sur la popularité des acteurs du film, y compris celle de productrice par ailleurs actrice principale du film. Cette popularité a en quelque sorte contribué au succès de la campagne promotionnelle faite autour que ce soit dans les médias traditionnels que sur la toile. Le film a fait salle comble à Douala Bercy et l’équipe a été contrainte d’organiser une 2e projection.

Nous vous invitons à lire l’entretien réalisé avec le réalisateur ICI

  • « Broken » réalisé par Anurin Nwenembom et produit par Blue rain entertainment.

Il serait difficile pour un camerounais connecté de dire qu’il n’a pas entendu parler de « Broken » depuis sa préparation jusqu’à sa sortie en novembre dernier. Tout comme le précédent, la production a surfé sur la popularité de ses acteurs principaux notamment le ghanéen John Dumelo, Syndy Emade et la révélation Nabila, ce qui a favorablement contribué à l’intérêt du public avant sa sortie. L’inoubliable est sans doute le tollé médiatique qu’a connu le film au lendemain de sa sortie où c’est le plus le style vestimentaire arborés par certains qui a le plus fait sensation.

Ce film aura marqué les esprits de par sa capacité en tenir en haleine le public pendant près d’un an et bien évidement la campagne de promotion autour à l’approche de sa sortie. A la différence des deux précédents, la production a misé sur la qualité du film qu’elle s’apprêtait à faire découvrir aux camerounais et si l’on s’en tient aux retours recueillis sur la toile, le film en lui-même a conquis plus d’un lors de ses sorties en décembre dernier à Yaoundé et Douala.

L’on se souvient encore de l’accueil qui a été réservé à la bande-annonce publiée deux mois plutôt, ce qui a considérablement doublé l’intérêt porté au film jusqu’à sa sortie.

D’un autre côté, le réalisateur et scénariste connu pour son style assez particulier dans ses 4 premiers films était très attendu sur son premier long métrage, une raison de plus pour créer l’engouement du public vis-à-vis du film.

  • « 2 avril » réalisé par Noelle Kenmoe et produit par PDP entertainment et Noelle Kenmoe Studios.

Reconnue pour son dynamisme, Noelle Kenmoe a une fois de plus prouvé qu’elle peut changer les habitudes du public camerounais en les poussant à aller en salle. C’est le pari qu’elle s’est donné à travers sa nouvelle réalisation qui est sortie le 28 décembre 2019 clôturant ainsi l’année cinématographique au Cameroun. L’on pourrait lui accorder cette aptitude à cause du thème traité dans le film, à savoir l’autisme qui selon elle devrait être l’affaire de tout le monde et non seulement celle des familles concernés.

Au vue des retours après la première projection, elle a réussi le pari de toucher les cœurs des cinéphiles et le film est à présent programmé à faire le tour de plusieurs villes à partir de février prochain. En attendant une autre projection est prévue à Douala Bercy le 31 janvier 2020.

  • « Ne crains rien je t’aime » réalisé par Thierry Ntamack.

Comme à chacune de ses productions, Thierry Ntamack a encore réussi à faire parler de lui et de son film sûrement grâce au thème qui est abordé dans « Ne crains rien je t’aime » (la violence conjugale) et le casting qui met en lumière une Tatiana Matip au lendemain de son retour devant la caméra et un Guy Michel Kingue qui fait ses premiers pas au cinéma.

Les hostilités sont lancées quelques semaines avant la sortie du film quand on voit circuler sur Facebook une photo de Tatiana Matip et Thierry Ntamack qui auraient convolé en juste noces. Les plus avertis ont rapidement deviné qu’il s’agissait d’un nouveau film réalisé par ce dernier. Le réalisateur venait là de marquer un point en attendant la sortie du film.

Le film sorti en mai 2019 rien qu’à la publication de l’affiche et de la bande-annonce n’a laissé personne indifférent, ce qui d’après nous a davantage motivé le réalisateur du « Blanc d’Eyenga » à aller à la conquête de plus de 10.000 spectateurs en salle.

  • « RUN » réalisé par Rodrigue Fotso et produit par Iboga Group.

2019 était aussi l’année de « Run », un moyen métrage avec l’affiche Passy Ngah, Aissatou Njayou et Maryline Evengue, sorti en novembre 2019. Le challenge de l’équipe, qui selon nous a été réalisé avec brio est la campagne promotionnelle autour du film réalisée sur les réseaux sociaux.

Tout commence en septembre lorsqu’on constate sur Facebook la circulation des visuels individuels avec les actrices principales, puis du reste du casting avec des mines plutôt serrées. Les internautes pour la plupart sont impatients de découvrir ce qui les attend dans le film. Un mois plus tard nous avons droit à bande-annonce qui a reçu plusieurs commentaires positifs et laissant certains sur leur faim.

L’équipe ne se fait plus prier et programme une séance de visionnage privée avant de mettre fin à l’attente en publiant le film sur et YouTube. Le film à ce jour compte 16.000 vues sur YouTube.

  • « Trauma » réalisé par Cynthia Elisabeth Ngono et produit par Black films et Wouri productions.

Dans ce classement le premier film dont l’actrice signe la réalisation reçoit une mention spéciale car sa sortie s’est effectuée dans un cadre précis, à savoir le festival Ecrans Noirs 2019.

Partie de Douala pour Yaoundé, l’équipe a réussi en un laps de temps à faire accepter le film aux cinéphiles de la capitale politique qui n’ont pas manqué à l’appel à la salle Sita Bella le 18 juillet 2019 à l’occasion de sa première projection.

  • « La triade » réalisé par Tamar Tientcheu et produit par Oxanna label productions.

Bien que le film soit disponible depuis 2017, il n’en demeure pas moins que c’est en 2019 qu’il a été présenté au public camerounais. C’était à l’occasion d’une tournée spéciale africaine au Cameroun et au Gabon.

A l’annonce des projections au Cameroun, nombreux n’avaient pas caché leur joie et volonté à découvrir le film. C’est ainsi que la réalisatrice en entrepris une costaude campagne de communication dans les radios et télés locales et sur le digital pour inciter le public à venir en salle. Ce qui a marché car les salles de spectacle de l’IFC de Douala et Yaoundé étaient inondées par des curieux venus regarder ce film pour la première fois.

  • « Saving Mbango » réalisé par Nkanya Nkwai et produit par Embi productions.

Le film avec pour têtes d’affiche Laura Onyama et Godisz Fungwa a été présenté au public le 26 octobre 2019 à Douala. Cette projection n’était que la résultante d’une longue période d’attente que la production a infligé au public.

La communication autour du film a commencé avec des photos du tournage sur lesquelles on pouvait voir une Laura Onyama au crâne nu. Au départ on aurait cru que c’est une perruque chauve mais non elle s’est effectivement rasée le crâne pour jouer le personnage de Mbango. A première vue, cette image a rapidement créer une sorte d’empathie pour le personnage dont on ignorait encore grand-chose et qu’on finit par découvrir au fil du temps jusqu’au film proprement dit.

Le mystère sur le film est maintenu jusqu’à la fin à travers les photos du plateau de tournage sur les réseaux sociaux et des sorties médiatiques et lors de la première c’est un public impatient qui a répondu présent à Canal Olympia.

  • «Mon sang » réalisé par Blaise Ntedju et produit par Orimo productions.

Ce film a la particularité d’avoir suscité l’intérêt massif du public suite aux déclarations de son réalisateur et producteur quelques mois plus tôt qui annonçait sur la toile une série de 12 longs métrages. Etant donc le premier de cette série, le film a reçu un accueil plutôt chaleureux dès la publication des photos de fin de tournage et plus encore après la bande-annonce.

L’on s’est également dit que cette fois on aurait droit à quelque chose de différent étant donné que le film n’a pas été écrit par ce dernier comme ses précédents. Plus loin, Blaise Ntedju a usé de sa popularité et notoriété acquises auprès du public pour faire salle comble à Douala Bercy le 6 décembre dernier.

Actuellement il prépare la sortie du film de la série intitulé « Le karma de la thiza » prévue pour le 7 février 2020.

Nous tenons à préciser que ce classement n’est en aucun cas à caractère polémique mais pour encourager ceux qui osent et inciter ceux qui traînent le pas à suivre le mouvement pour une meilleure visibilité du cinéma camerounais.

Si vous aussi avez des titres de films qui ont fait écho en 2019 et que nous ne les avons pas mentionné, merci de partager avec nous en commentaires.

Like and share if you liked!

La rédaction

Next Post

Musique : ces albums qui ont marqué l’année 2019 au Cameroun

sam Jan 11 , 2020
De Blick Bassy à Locko, en passant par Magasco, Stanley Enow ou encore Numerica, les artistes ont de leur manière contribué à l’évolution de la musique camerounaise.

Archives

You cannot copy content of this page