You cannot copy content of this page

Festival international de mouvements, danses et performances : 3 villes pour sa 3e édition

La saison des festivals de fin d’année au Cameroun se poursuit avec la 3e édition du festival international de mouvements, danses et performances qui aura lieu du 14 au 24 novembre 2019 sous le thème « territoires, corps et esthétiques ».

L’une des particularités de cette édition est la tenue du festival dans trois villes camerounaises au lieu de deux comme l’année dernière. Ainsi ce sont les villes de Douala, Yaoundé et Dschang qui accueilleront ce festival. C’est la capitale économique qui ouvrira le bal du 14 au 16, ensuite Dschang du 17 au 19 et enfin la cité politique du 21 au 24 novembre pour la clôture.

La compagnie Zora Snake avec ses invités, vont parcourir ces villes avec pour objectif majeur de participer de manière artistique à accueillir les familles déplacées des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à travers les danses de création, les performances dans l’espace public, les ateliers de formation et transmission, les master class, les compétitions de danse battle, des débats art de rue et société, la projection des documentaires sur les familles déplacées et du film « Je ne suis pas vivant mais poète » de la française Julie Peghini. Les organisateurs de l’événement ont également prévu des remises de dons lors de leur passage dans ces villes.

Les participants à cette caravane artistique viendront de plusieurs pays africains et européens, notamment le Tchad, le Congo, le Gabon, le Burkina Faso, la Slovénie, la France et l’Allemagne. En plus de cela, sont attendus à ce rendez-vous une dizaine de compagnies et artistes camerounais.

Pour cette édition du festival international de mouvements, danses et performances, le souhait des initiateurs reste l’implication de tous les camerounais pour sa réussite. Snake Zobel Raoul promoteur de la Cie Zora Snake l’exprime clairement dans ce message posté sur son compte Facebook : « Nous vous attendons nombreux pour cette belle aventure et dorénavant, ce festival est le nôtre. Chers camerounais, notre peuple est un grand peuple, nous devrions ensemble le bâtir, le forger, le solidifier et le bétonner sur le seuil d’une culture diverse et partagée. Notre vraie force c’est nous-même. Battons-nous pour notre culture, battons-nous pour notre métiers, battons-nous pour la force que nos aînés, nos aïeux nous ont légué et réactivons-nous sans peur de pouvoir s’élever tête haute et avancer face à notre propre destin car la culture et l’art sont inévitables dans nos quotidiens de vie. La sauvegarder, c’est lui tendre la main comme nos grands grands-parents ont fait en prenant soin de nos corps afin de retrouver l’équilibre social et humain ».

Follow and share if you liked
error0

La rédaction

Next Post

Kulture Master une fois de plus « Au Cœur des Arts » le 7 décembre 2019

lun Oct 14 , 2019
Pour la deuxième année consécutive l’équipe du journal en ligne Kulture Master va offrir à ses nombreux lecteurs, aux artistes, aux amoureux et passionnés d’art le concept « Au Cœur des Arts ». Et cette fois l’honneur sera fait au public de la ville Douala le 7 décembre prochain. L’annonce de […]

Archives

Follow by Email
Facebook
Facebook
Instagram0