k

Dans quelques heures va s’ouvrir les Rencontres Internationales des Films Courts (RIFIC) à Yaoundé sous le thème « Court métrage et distribution ». Une soirée est prévue à cette occasion à la salle Sita Bella qui aura pour arrêt majeur la projection des films d’ouverture « Ashia » de Françoise Ellong et « Le prince de Genève » de Michel Kuate.

Présentation du programme du RIFIC 2018 au cours d’une conférence de presse le 25 Octobre 2018/ Crédit: Goethe Institut

Jusqu’au 3 novembre prochain, les cinéphiles des deux capitales du Cameroun pourront savourer les films courts traitant de différentes thématiques, réalisés par des cinéastes locaux et étrangers. Ainsi sur 78 films soumis au festival cette année, seulement 16 ont été sélectionnés. Un choix qui démontre à suffisance le souci de bien faire et surtout de promouvoir tout au moins ce qui se rapproche de l’excellence, selon le délégué général Frank Olivier Ndema. Ces films en plus d’être projetés au public, seront en compétition pour 6 prix dont les vainqueurs seront connus lors de la soirée de clôture.

Un autre moyen pour donner un coup de pouce à l’éclosion des courts métrages surtout au Cameroun est le choix de la thématique du RIFIC 2018. Le constat ayant été fait sur le caractère commercial du court métrage souvent négligé dans notre pays, le festival veut à travers les échanges qui se tiendront à cet effet faire des propositions sur des éventualités de vendre les films courts. Les débats à ce sujet se tiendront à l’Institut Goethe le 31 Octobre 2018 à 16 heures.

Des exclusivités pour la 14e édition

D’après le délégué général du RIFIC, 80% des films qui vont être diffusés cette année sont des exclusivités. L’on peut citer entre autres « Le prince de Genève » de Michel Kuate, « Délits Zéro » de Laure Kamdem, « Juste 24h » de Mbakoup Tchikaya et « Couper » de Hawa Sogoba (Mali). A côté, nous avons deux films qui sortiront en avant-première pendant le festival, à savoir «Rancœur » de Blaise Tedju et « Mes vacances » de Rostand Wandja. Le bonus de cette programmation est le film « Angles » de Lea Malle Frank Thierry qui participe à son premier festival depuis sa sortie en Septembre dernier.

Ainsi le public aura la possibilité de découvrir, voire redécouvrir plusieurs de ces films pendant les jours que va durer le RIFIC. A Yaoundé les projections vont essentiellement se dérouler à la salle Sita Bella et au Goethe Institut, tandis qu’à Douala elles auront lieu dans la salle de projection de la Maison des jeunes et des cultures de New-bell les 1er 2 Novembre 2018.

D’autres activités pour donner plus de couleurs au festival

Comme autre articulation majeure pendant le RIFIC 2018, nous pouvons évoquer la formation qui est un élément essentiel du festival depuis sa création. Cette année la formation est ouverte sur les techniques de prise de son au cinéma qui est la suite de ce qui a été fait à l’édition précédente en 2017 et va se dérouler du 29 au 31 Octobre à l’Atelier 4, village du festival.

A côté, nous avons le concept « soirée quartiers lointains », présenté comme une innovation de cette édition du RIFIC. Il s’agit ici d’un partenariat avec Quartiers Lointains, un programme itinérant de courts métrages du Sud au Nord de l’hémisphère parrainé par le cinéaste Lucien Jean-Baptiste. Cette initiative a pour mission principale de rendre le lointain proche en mettant en lumière le travail des talents du cinéma de demain qu’ils soient établis en Afrique ou en Europe. Il sera question de faire découvrir des films faits par des cinéastes de la diaspora ou des métissages culturels africains au public camerounais. Les séances auront lieu les 1et 2 Novembre à la Salle Sita Bella.

Le festival RIFIC classé 2e événement cinématographique en termes d’ancienneté au Cameroun est considéré comme l’une des plateformes majeures destinées à la promotion des films courts en terre camerounaise. Il a été initié par l’association Sud Plateau portée par Frank Olivier Ndema en 2004.

Colbie MEDJOM

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page