You cannot copy content of this page

Harlem William: le nouveau phénomène rap Kmer à suivre de très près

Cette semaine dans la rubrique « découverte de la rédaction» nous vous proposons un nouveau visage du rap auquel vous devriez vous habituer dans les jours à venir. Ce dernier n’est autre qu’ Harlem William, un rappeur qui nous vient de la ville de Douala.

C’est dans un foyer polygamique que Bintou Bankoué William’s Harlem à l’état civil voit le jour à Douala dans les années 90. Treizième d’une fratrie de quinze enfants, c’est depuis l’âge de 3 ans que ce dernier exprime son intérêt pour la musique.

Son intérêt va grandissant tout au long de sa scolarité qu’il va passer dans sa ville de naissance. Une fois au secondaire Harlem William décide de se jeter à l’eau en prenant activement part aux activités post et périscolaires où il prend plaisir à faire des interprétations des textes de rap qu’il écrit depuis ses 9 ans. Au même moment, avec ses camarades de classe Tostany Maikel aujourd’hui converti dans le graphisme et le management artistique et P-Love, ils forment le groupe de rap Tour de garde qui durera un an. Ensemble, ils vont enregistrer une première chanson intitulée « TCP » au studio Big Dav Records ; puis une deuxième intitulée « Bad boys » au studio Kaya Records chez DJ Flex.

Attiré par les mœurs et cultures d’ailleurs, Harlem va plus tard prendre une décision qui va changer le cours de sa vie. En 2014, contre toute attente, il va volontairement arrêter ses études pour se consacrer entièrement à la musique. A la question de savoir comment son entourage a réagi face à cela, il répond « Ils n’ont pas été surpris parce qu’ils étaient habitués à ce que je manifeste mon envie de faire la musique… Ils étaient d’accord ».

La même année, Harlem Williams et Tostany Maikel vont avec Cashimir, Red Wizi et le centrafricain Killa Monay former le groupe Young Blasterz. Le nouveau boyz band va proposer le single « Aim me da moutoumbou » qui veut dire « lance le son » en mars 2014. Après un bref cheminement ensemble Red Wizi et Killa Monay vont quitter la bande mais le groupe continuera d’exister à travers son nom. Les trois restants pour marquer leur présence vont proposer trois singles dont le premier « Elle est tout pour moi » est sorti toujours en 2014. Vont s’en suivre les titres « Alibaba » en featuring avec LAOF sorti en 2015 et « Bombilé » sorti un an plus tard.

Au moment où le Young Blasterz travaille sur la sortie de son tout premier album en 2016, il sera une nouvelle fois confronté à une séparation. Harlem, Tostany et Cashimir suite à cette épreuve vont aller chacun de son côté mettant fin à un rêve qui n’aura duré que trois ans.

Décidé à faire carrière dans la musique, Harlem William n’a pas abandonné son envie de se frayer un chemin dans ce monde après la séparation. D’après lui, il a profité de cette pause pour se ressourcer et réfléchir sur ses réelles aspirations. Au sortir de cette période d’hibernation un an plus tard, il décide de se lancer dans une carrière solo.

Harlem signe ainsi son retour avec les titres « Thug life », « Number one », « Tu ne peux pas » et « Molah » qui sont en fait des freestyles dont les textes sont retransmis en rap en argot camerounais.

Grâce à ces travaux, le rappeur va rapidement se faire remarquer sur la toile, ce qui va le conduire à la maison de production Face A Music qui l’accompagne actuellement sur son nouveau projet, notamment la sortie très prochaine de son premier single dont les détails seront communiqués ultérieurement.

Inspiré par des rappeurs comme Booba, Soprano ou encore les camerounais Killa Mel et Kastra, Harlem William ne rêve que d’une chose : exceller dans ce qui l’aime le plus, à savoir le rap.

 

La rédaction

 

 

 

Follow and share if you liked
error0

La rédaction

Next Post

Le Prix Voix d’Afrique est ouvert à tout africain résident sur le continent

ven Oct 11 , 2019
Les éditions JC Lattès et RFI s’associent pour lancer « Voix d’Afriques », un prix littéraire destiné à faire émerger les nouvelles voix du continent africain.  L’appel à manuscrits s’inscrit dans la promotion de la saison Africa 2020, avec une publication du roman lauréat prévue en juin 2020. Les éditions JC […]

Archives

Follow by Email
Facebook
Facebook
Instagram0