You cannot copy content of this page

Histoire! racontes, il était une fois… « Les contes d’Essingan »

Le 29 mai dernier, la salle de spectacle de l’Institut Français de Yaoundé a servi de cadre pour le nouveau show d’Azazou intitulé « les contes d’Essingan». Ce nouveau spectacle après sa tournée dans la région de l’Ouest était centré sur « l’homme et la nature ».

Azazou/ DR, 29 mai 2019

C’est accompagné de la musique du tam-tam d’appel des mains d’un percussionniste que le conteur Azazou fait son entrée sur la scène de l’IFC ce jour. Pendant une heure, ils vont balader adultes et enfants au cœur de nos traditions, de notre vécu à travers l’histoire du sanglier. Le spectacle qui nous plonge en pleine forêt équatoriale commence avec la rencontre entre le petit Angonga, un personnage éveillé, curieux, qui traverse une enfance tumultueuse et d’un arbre conteur ici appelé « Essingan ».

A la rencontre du dramaturge et comédien Wakeu Fogaing

Grâce à cette histoire du sanglier qui lui raconte l’arbre, Angonga, habité par l’envie de se suicider va finir par changer d’avis. L’arbre conteur va alors l’embarquer dans un récit rythmé par des musiques, chants et danses identifiés à ceux des peuples Fang-béti. C’est fait, « Essingan » a réussi à lui donner de bonnes raisons de vivre.

Cependant, « les contes d’Essingan » nous présentent un autre aspect important de notre société, à savoir la déforestation. Azazou le présente à travers le personnage de l’arbre Essingan, qui, malgré son affection pour son nouvel ami, est outragé par la manière dont les humains assassinent « sa famille ». Ce phénomène le fait souffrir dans sa chair ; ce qu’on peut constater à certains moments du récit où l’arbre disparaît et réapparaît. Il aimerait rejoindre les siens dans la forêt pour les protéger de l’exploitation abusive de son écosystème, mais les liens qui se sont créés entre Angonga et lui sont plus forts que « les flots de la mer ».

Les grandes articulations du festival international des images comiques (FESTICO) 2019

A la fin du voyage qui aura duré soixante minutes, l’assistance exprime un sentiment de satisfaction puisqu’elle ne se fait pas prier pour applaudir le spectacle que viennent de livrer Azazou et le musicien percussionniste.

« Les contes d’Essigan » est une création d’Azazou de son vrai nom Angong Ze Arthur qui adapte les contes traditionnels de l’ère culturelle Fang-béti. C’est avec une démarche artistique à la fois syncrétique et anticonformiste que le conteur a effectué la mise en scène de ce spectacle où le conte va à la rencontre du jeu théâtral, de la poésie moderne, du chant, de l’humour et de la danse pour ne former qu’un.

Follow and share if you liked
error0

La rédaction

Next Post

La rentrée culturelle et artistique nationale 2019 placée sous le signe de l’unité et du vivre-ensemble

jeu Sep 5 , 2019
Considéré comme un énième rendez-vous pour célébrer la diversité culturelle du Cameroun, la rentrée culturelle et artistique revient pour la quatrième fois du 10 septembre au 1er octobre 2019 sur l’ensemble du territoire national. Comme l’on pouvait s’attendre au vue de la situation qui prévaut depuis trois ans déjà […]

Archives

Follow by Email
Facebook
Facebook
Instagram0