Les contours de la 7 e édition du festival international du 1er film (YARHA), prévu cette année du 15 au 22 novembre prochain, ont été dévoilés au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue le 15 octobre dernier au sein de l’Hôtel de Ville de Yaoundé.

Cérémonie de clôture du Yarha 2019 avec pour invitée spéciale l’actrice nigériane Hilda Dokubu/DR

Avec pour thème : « Le cinéma au service du développement durable en Afrique », le YARHA 2020 se veut plus digital. En effet, en raison de la pandémie de coronavirus observée de part le monde, le comité d’organisation du festival a tenu à rendre l’évènement accessible à plus de personnes possibles au vue des mesures de distanciation et autres règles barrières établies par l’Organisation Mondiale de la Santé. De ce fait, les différentes activités du festival seront retransmises en direct via le streaming sur la page Facebook du festival.

C’est là que réside l’innovation de cette 7e édition. Une innovation qui selon l’ex miss Cameroun, Valérie Ayena, par ailleurs partenaire de l’évènement, n’est pas non négligeable, car dit-elle une telle démarche demande un important dispositif technique et technologique.

L’un des points important  de cette rencontre avec les Hommes de médias a aussi été la divulgation de la sélection officielle. Un élément qui a soulevé certaines préoccupations notamment sur le choix de certains films et la qualité des projections. C’était l’occasion pour la Délégué du festival Sylvie Nwet, de rappeler que l’objectif premier du festival est d’encourager et de promouvoir les 1er et 2e films des cinéastes, car selon elle, ce sont ceux-là qui scellent véritablement la carrière de tout réalisateur.

Pour ce qui est de la qualité des projections auquel le public aura droit lors de l’évènement, elle a tenu à rassurer l’opinion publique sur la qualité déjà des productions qui seront diffusées pendant le festival, mais également que les salles devant accueillir les projections à savoir l’Hôtel de ville, la salle Sita Bella, le Centre Culturel Camerounais entre autres, sont déjà prêtes pour l’occasion.

Parlant de la sélection officielle, ce sont a total 31 films qui ont été retenus cette année et ceux-ci  sont repartis comme suit : 10 courts métrages, 10 longs métrages, 6 documentaires et 5 panorama.

Malgré la crise sanitaire et les restrictions qui vont avec, le festival compte toutefois drainer du beau monde, et pour cela il peut compter sur la marraine de cette édition qui n’est nulle autre que la productrice et actrice Syndy Emadé, dont la popularité dans le milieu n’est plus à démontrer.

Pendant une semaine, les festivaliers auront droit comme il est de coutume au YARHA, à des colloques, des conférences-débat, des projections, des masters classes (sur la production cinématographique, l’étalonnage, la musique au cinéma, la scénographie…), à la grande rencontre des femmes cinéastes, et surtout au « matin petit déjeuner » espace consacré à l’immersion des jeunes élèves dans l’univers du 7e art.

 

  Ines Maelle PAPGOUO

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page