Ce lundi 27 Mars 2017 le monde est entré dans l’ambiance de la 55e édition de la journée du théâtre. Le Cameroun comme d’autres pays de partout la planète n’est pas passé outre cette occasion.

L’on se pose à cet effet la question de savoir comment est-ce que les disciples du théâtre local ont célébré cette journée. Ils se sont certainement se sont rassemblés dans les grandes villes du pays comme Douala et Yaoundé pour servir comme à l’accoutumé les vestiges d’un savoir rester l’ombre de lui-même.

55ans d’existence à l’échelle mondiale, mais qu’en est-il du théâtre local ? C’est-à-dire purement camerounais ? Certainement une question à mille inconnues. Eh oui 55 ans d’existence, mais une existence pour approximativement rien de grand pour ne pas dire absolument rien comme véritable réalisation sur le territoire national.

Des questions qui fusent de partout témoignent de la frustration et de la déception des amoureux de cet art de la scène. Que deviennent donc le théâtre et les comédiens du pays??? A cette question aucune réponse n’est attribuée mis à part les concernés eux-mêmes un peu difficiles à trouver en tout cas.

Bien au contraire le doigt accusateur est immédiatement orienté vers le gouvernement qui semble avoir baptisé ce métier dans les eaux de l’oublie comme bon nombre des métiers de la scène.

Tout compte fait, le théâtre local est dans un piteux état et il est plus que temps d’envisager une sortie.

 

Raphael DJINTEK ©

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page