Mboa BD festival 2019 : 10 ans au service de la promotion du 9ème art au Cameroun

Comme toutes les années à la même période, le festival international de la bande dessinée du Cameroun (Mboa BD festival) revient pour une nouvelle édition. Cette 10ème édition, sacre de près de 9 ans d’existence et d’activités, nous emmène dans « les bande dessinée, afro-futurisme narratifs et imaginaires » du 20 au 23 novembre à l’IFC de Douala et du 27 au 30 novembre à l’IFC de Yaoundé et l’esplanade de monument de la réunification pour 8 jours de communion.

L’Afrique est pleine de narratifs et d’imaginaires qui suscitent l’intérêt du festival. C’est d’ailleurs ce qui justifie l’attention portée sur la science-fiction à l’africaine pour cette année. Le terme afro-futurisme semble nouveau, mais en réalité il ne l’est pas. D’après le délégué du festival, Yannick Deubou Sikoué, « Black Panther a servi d’introduction au genre afro-futuriste pour beaucoup de gens ». Il explique en disant qu’en réalité l’afro-futurisme ne date pas d’aujourd’hui lorsqu’on se réfère à la date de sortie de Black Panther en BD en 1966. Il ajoute que Jack Kirby et Stan Lee, les créateurs de Black Panther sont dans l’ère du temps, la décennie 60 est le laboratoire de réflexion sur l’afro-futurisme. Une réflexion qui est ramenée à cette 10ème édition.

Carrefour des fans et professionnels du 9ème art

Depuis sa création, le Mboa BD festival est devenu le lieu de rencontre par excellence des différents auteurs de BD, des porteurs de projets, des éditeurs, des imprimeurs, des institutions et du public. Au-delà de l’aspect narratif futuriste et mondes possibles, le festival poursuit ses objectifs à savoir: la visibilité des auteurs et éditeurs ; la diffusion des bandes dessinées: à cet effet comme innovation pour cette année, la mise sur pied prochaine d’une plateforme internet pour promouvoir et vendre les livres, mais aussi les auteurs; la circulation des auteurs ; la professionnalisation des auteurs et porteurs de projets.

La public visé reste le même, mais cette fois avec une ouverture vers le public scolaire.

10 ans ça se célèbre!

Macha la mascotte du festival qui soufflera sur sa 10e bougie, donne rendez-vous à tous les adeptes du 9ème et du 10ème art aussi au travers de programme divers. À savoir les conférences ; les ateliers et rencontres professionnelles avec des interventions en milieu scolaire ; les expositions avec en production phare la bande dessinée “les héritiers de « Töpffer » venue de Suisse qui est par ailleurs pays invité d’honneur du festival, « Black to the future » qui salut le mouvement d’afro-futurisme sur le continent, les dédicaces, les concerts dessinés, les concours de BD numérique, jeux vidéo et de cosplay.

Des figures aguerries de la BD au Cameroun

Les différents ateliers et conférences seront animés par des incontournables du monde de la BD au Cameroun comme Cédric Minlo, Georges Pondy, Hugues Bertrand Biboum, le collectif Zebra Comics, Legend Art et d’ailleurs tels que Thomas Cadème, Joseph Fieddine, Alex Baladi, Maou, Eugen Fleckeinstein et Hélène Becquelin.

Des problématiques actuelles

Loin d’être le lieu de rendez-vous des amateurs de divertissement, l’équipe du collectif A3 avec l’association Trait Noir, déballe un programme riche qui touche des thématiques actuelles telles que l’activisme et les formes d’engagement civil au travers de l’art dans les crises divers en Afrique, aux Etats-Unis d’Amérique et en Europe. Et même les pistes de développement de nouvelles formes artistiques dans des contextes de précarité ou d’oppression.

Les interventions en milieu scolaire pour partager l’expérience des plus grands avec la BD sera également l’une des articulations majeures lors des ateliers de lecture de BD pour inciter les plus jeunes à lire.

Lire aussi “Les dessinateurs camerounais ne pensent pas à construire une carrière sur le long terme”

La bande dessinée dans son ensemble foisonne d’opportunités professionnelles. Elle attire de nombreux esprits créatifs. Les ateliers professionnels introduisent ces derniers dans les bases des métiers tels que le graphisme, l’animation 2D/3D où vidéo. Au fil des années, le Mboa BD festival s’est positionné comme l’une des plateformes importantes de manifestation autour du 9ème art en Afrique centrale. Avec plus de 17000 visiteurs depuis son lancement, et une moyenne enregistrée de 1800 visiteurs pour les seules éditions de 2011 à 2014 à Yaoundé. Et un parfaire de près de 300 auteurs avec une cinquantaine de nationalités. Le nombre de participants attendu chaque année est en constante augmentation.

                                                                                                                                                   Péguy NGUETCHO

Peguy Cappron NGASSAM

Next Post

« Innocent(e) » : le film briseur de mythe dans le 7e art camerounais ?

mer Nov 27 , 2019
Il n’est pas coutume au Cameroun que le budget de production d’un film soit rendu publique. Pour quelles raisons ? Vous vous demandez certainement. Nous aussi. Seulement, le 23 novembre dernier, le « mythe » a été brisé! C’était au cours de la conférence de presse donnée dans les […]

Archives

You cannot copy content of this page