Il y a de cela plusieurs semaines que des affiches portant le message « une image peut changer le monde » et la date du 3 Mars 2018 ont commencé à faire le tour de la toile, créant au passage plusieurs interrogations surtout de la part des internautes. Les détails dévoilés, l’on se rend compte qu’il est tout simplement question d’une exposition photo portée par le jeune photographe camerounais Joseph Foé Fouda. C’est la date du 3 Mars que l’artiste aura finalement choisi pour présenter son chef-d’œuvre au public à Dakar, Yaoundé.

Baptisée « Merci mama », l’exposition est de prime à bord l’occasion pour le photographe de célébrer les héros de sa vie, à savoir les femmes et de manière générale de rendre hommage à toutes celles à qui nous devons la vie (les mamans). Par ailleurs, « Merci mama » est l’événement qu’a choisi l’auteur pour faire ses premiers pas devant un public dont il espère fera massivement le déplacement ; un public à qui il compte présenter des œuvres issues des créations antérieures et conçues comme des poèmes visuels. « C’est vrai c’est la femme et la maman qui sont à l’honneur, mais si j’expose c’est pour me faire voir, pour me faire connaître et pour montrer aux futurs employeurs, clients et prestataires ce que je suis capable de faire… ». Confie le photographe.

Orphelin de père, c’est avec sa mère que Joseph a passé la majeure partie de sa vie. Auprès d’elle et de nombreuses autres femmes, il a reçu éducation, force et influence, ce qui l’a amené plus tard à voir en elles des personnages héroïques. Et c’est guidé par les sonorités du titre « mes anges maman » de Ebène Sega que le photographe décide de se lancer et d’organiser cette exposition qui a pour thème central la « maman ».

Interrogé sur le lieu de l’événement, Joseph Foe Fouda confie qu’il n’a pas été fait au hasard car pour lui Dakar est le quartier qui l’a vu grandir raison pour laquelle il a tenu à lui faire honneur ainsi qu’aux habitants dudit quartier. Pour lui, il aurait pu faire recours aux structures culturelles pour exhiber « Merci Mama » mais son choix s’est finalement porté sur son quartier d’enfance, Dakar.

A quelques jours de l’acte, les enjeux restent les mêmes pour ce passionné de l’art photographique, à savoir l’implication, la présence et la collaboration effective du public. Toutefois, l’artiste n’a pas manqué d’émettre le vœu de voir sa cible principale (la jeune fille, la maman et autres personnalités impliquées dans les arts et la culture) atteinte, d’où la promesse d’une exposition de qualité le 3 Mars prochain. Ainsi l’exposition va s’étendre sous plusieurs heures afin que tout le monde puisse en profiter au maximum tel que promis par Joseph Foé Fouda. Cependant, elle sera rehaussée par des prestations artistiques telles que celle du groupe de danse Sawagga Lion’s et de l’auteur-compositeur et interprète Ebene Sega qui vont rendre hommage à la « maman » à leur façon.

Après la présentation de « Merci Mama » à Yaoundé, le photographe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin car il a en projet d’offrir le même spectacle à son public cible présent dans d’autres villes du Cameroun, voire à l’étranger. « Après l’exposition à Yaoundé je pense que c’est une nouvelle aventure qui commence. On va parler de l’exposition partout et pendant un bon moment ça va rester dans la tête des gens… L’année prochaine Merci Mama peut être exposé à l’ambassade du Cameroun au Sénégal, il peut être exposé partout dans le monde, les mères ça existe partout dans l’univers ».

L’artiste ne manque pas cependant de voir grand et prévoit apporter sa contribution pour une vulgarisation effective de l’art visuel qu’est la photographie. Pour un début il entend créer une structure qui va faire dans l’image avec pour slogan « une image peut changer le monde ». Et plus tard il a pour ambition de faire de cet événement un festival de photographie toujours en rapport avec la « femme ». « Qui dit festival dit ouverture, dit marché mais là je vais partager l’univers de la photographie avec tous ceux qui voudront bien », explique Joseph Foé Fouda.

Fan et respectueux du travail des autres photographes, Joseph Foé Fouda, connu sous le pseudo Fly Boy est étudiant en master 1 en Arts du spectacle et de la cinématographie à l’université de Yaoundé 1-Ngoa-Ekelle. Dès son bas âge, il manifeste déjà un intérêt pour les arts visuels, notamment le dessin et reproduisait sur du papier des vêtements, chaussures et portraits des héros de Mangas. A côté de sa passion pour la photographie qu’il découvre une fois à l’université, Fly Boy a également des talents en jeu d’acteur puisqu’il va obtenir le rôle de Nicholas dans la sitcom « les refuges » de Cyrille Masso diffusée sur TV5 et A+. En parallèle à toutes ces casquettes, Joseph Foé Fouda est aussi un jeune réalisateur de clips vidéo et de temps à autre infographe.

Le dernier mot de l’artiste : « Quel que soit le projet que vous avez même si ça a l’air bête ou impossible à réaliser, lancez-vous, faites d’abord ».

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page