Ca fait plusieurs mois que ce duo féminin se démarque sur la toile et ce à travers leur série web Pakgne. Elles se sont en effet faites remarquées à travers la fameuse phrase : « Quand le pilé dort il a un vieux vieux goût ». Vous l’avez certainement compris il s’agit de Muriel Blanche et Marcelle Kuetche plus connues sous les noms de Madefo et Poupy. Après plusieurs tentatives, elles ont finalement accepté de nous recevoir et répondre à nos questions. C’est donc deux jeunes filles souriantes, drôles et complices que nous avons rencontrées Dimanche dernier à Douala et qui nous ont emmenés dans leur univers de comédienne, chanteuse, actrice et modèle.

Bonsoir et bonne année les filles !

Merci. Bonne année.

En Décembre vous annonciez la fin de la saison 1 de Pakgne ; à quand votre retour pour la nouvelle saison ?

Marcelle : En mi-Janvier, il n’y a pas une date fixe.

Qu’est-ce qui vous a motivé à mettre sur pied votre série Pakgne ?

Muriel : On n’a pas vraiment eu une motivation particulière. Déjà à la base elle s’est une comédienne même dans la vraie vie et chaque fois elle me faisait tellement rire qu’un jour on s’est assise on a dit bon « si tu me fais rire ça veut dire que tu peux faire rire d’autres personnes » pourquoi ne pas faire quelque chose pour mettre les gens bien et essayer de changer les idées, essayer de décontracter après le boulot ; parce qu’après le boulot les gens sont fatigués, après une journée de travail on a besoin de se détendre un peu et voilà c’est comme ça que c’est parti.

Et pourquoi avoir choisi le canal du net pour diffuser votre série ?

Muriel : Parce qu’aujourd’hui les réseaux sociaux sont plus porteurs à mon avis que la télévision, parce que les gens sont plus focalisés sur les réseaux sociaux et le message là-bas ça va à une vitesse que parfois on arrive plus à contrôler donc…

Marcelle : C’est plus rapide…Peu importe où tu te trouves avec ton téléphone tu es au courant de tout.

On vous connait à travers vos personnages respectifs : Madefo et Poupy. Est-ce qu’on peut également savoir qui est Muriel, qui est Marcelle ?

Marcelle : Je suis toujours Poupy même en dehors de mon personnage.

Muriel : Muriel Blanche, une jeune camerounaise entre la vingtaine et la trentaine, chanteuse, comédienne, modèle photo et actrice ; titulaire d’un bacc+ 2 en commerce international et en cuisine internationale. Bon voilà un peu qui est Muriel Blanche.

Marcelle : Tu n’as pas donné ton village (rires).

Muriel : Mon village c’est Bafang (Bandja)… Ça c’est les filles de « Fessap », tu vois une fille qui se comporte comme ça est ce qu’elle est de Bandja ? (rires)

Marcelle : Fin fond de Bandja, il faut préciser… Rires…

Rentrons dans votre série. On remarque que les épisodes se distinguent les uns des autres, comment est-ce que vous faites pour garder et maintenir cette originalité-là ?

Muriel : Ce n’est pas facile ; ce n’est pas évident parce que parfois on écrit un scénario, après on se rend compte que ça se rapproche tellement de l’autre qu’on a déjà écrit, parce qu’on vit les mêmes réalités…

Marcelle : Même pas seulement de cela…On se rend même compte qu’il y a une histoire qui est déjà vue et du coup on est obligé de la refaire… C’est très difficile.

Muriel : C’est vraiment pas facile…Ce qu’on veut faire comprendre aux gens c’est qu’on ne change pas nos routines ; ta routine de la journée tu te lèves le matin tu te brosses les dents, ça c’est automatique ; donc il y a des scénarios qui vont un peu se rapprocher de temps en temps mais ce sera toujours le vécu quotidien.

Marcelle : Chaque scénario va avoir son histoire dans tous les cas, ça ne peut pas être pareil.

Qu’est-ce qui vous inspire?

Marcelle : C’est la nature qui nous inspire…Comme on s’assoit là on te regarde on peut sortir un scénario sur toi…

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez et comment est-ce que vous les gérez ?

Marcelle : C’est vrai que pour le moment on n’a pas encore eu vraiment de difficultés, ça va pour l’instant en dehors du « kongossa » des fans et la discrimination qu’ils veulent imposer entre nous il y a rien d’autre ; on essaye de gérer.

Et vous restez toujours soudées heureusement !

Muriel : Heureusement ! Parce ce qu’il y a les pro Poupy il y a les pro Madefo, mais ce que les gens ignorent c’est que s’ils aiment Poupy ils aiment Madefo parce qu’en fait ils sont en train d’aimer Pakgne…

Marcelle : Dans tous les cas si tu fais ton choix entre les deux et que tu regardes ça nous arrange.

Et si vous faisiez un résumé de votre année 2017 ?

2017 a été une année pleine d’émotions, d’expérience et un peu de succès aussi…C’est allé un peu comme on voulait.

Et parlant de votre succès, comment est-ce que vous le gérez ?

Muriel : (rires) C’est pas facile, parfois on s’oublie complètement, parfois on oublie complètement que oui on peut être des stars ou autre chose.

Marcelle : Parfois on se surprend…

Muriel : Oui la dernière fois on est allé au glacier, on s’est pris une glace, on n’a même pas pu finir la glace au point où ça s’est dégivré avant qu’on ne la finisse parce que il y avait les fans qui voulaient les photos ça ne s’arrêtait pas. C’est vraiment pas facile, mais on doit faire plaisir à tout le monde, on doit faire plaisir à tous les fans…

Marcelle : En tout cas on s’habitue, petit à petit ça va aller.

Qui sont vos modèles dans la comédie ?

Jean Michel Kankan, Michel Gohou aussi, un grand frère qui nous inspire et nous soutien beaucoup : Moustik le Karismatik.

Muriel avant Pakgne vous chantiez ; comment s’est passé ce voyage entre la musique et la comédie ?

Avant de commencer Pakgne j’avais mis une pause à ma carrière musicale parce que je faisais de l’autoproduction mais ce n’était pas facile. Après j’ai signé dans une maison de production, ce qui n’a pas été évident, le travail n’était pas comme on le voulait, du coup on a décidé de résilier le contrat. Et maintenant les deux ensemble moi ça ne me dérange pas parce que ça fait partie du show-business donc du coup on peut concilier les deux. Et je reviens très bientôt avec mon nouveau single « Love me » qui sortira d’ici trois semaines ou un mois.

Et vous Marcelle qu’est ce vous faites à part travailler sur votre personnage Poupy ?

En dehors de ça je suis actrice. En dehors de tout ce qui peut faire rire je peux aussi être sérieuse.

Et qu’en est-il de l’émission Tapis rouge 237 ?

Je peux dire que c’est la comédie que je fais là-bas, je fais juste rire. C’est vrai que pour l’instant c’est un peu en standby mais je préfère ne pas parler de ça (rires), je préfère ne pas parler de « Tapis rouge 237 ». J’ai fait beaucoup d’autres films : la série d’Aicha Kamoise, « Secret d’amour »…

Vous avez parlé d’une deuxième saison de Pakgne. A quoi est ce que le public peut-il s’attendre dans cette nouvelle aventure ?

Marcelle : Juste que la 2e saison se fait avec les artistes uniquement.

Muriel : Donc on a envie de réunir le 237 à notre façon, de concilier la musique et le cinéma.

Marcelle : Déjà que la musique et le cinéma c’est un truc qui se fait un peu de partout. C’est juste qu’au Cameroun c’est un peu compliqué mais aux USA et tout les Beyoncé, tous là ont fait le cinéma. C’est un peu ça qu’on veut faire au Cameroun.

Muriel vous êtes sur la tête d’affiche de la nouvelle série d’Ebenezer Kepombia, Habiba. Comment s’est passé votre expérience de ce côté-là et qu’en est-il de votre personnage ?

Pour moi jusqu’ici c’était le plus gros projet sur lequel j’ai travaillé avec des personnes formidables, Mr Ebenezer qui a cru en moi à qui je dis merci d’ailleurs. C’était une très belle expérience pleine de fun, de nouvelles découvertes, de nouvelles rencontres. Pour mon personnage je crois que pour l’instant je ne peux rien dévoiler avant la sortie de la série donc secret professionnel.

Alors est ce que les filles ont d’autres projets pour 2018 en plus de la saison 2 de Pakgne ?

Muriel : On a pas mal de projets pour 2018 parce qu’en même temps on fait dans l’entrepreneuriat donc on a beaucoup de projets qu’on doit réaliser avant la fin de 2018.

Et qu’est-ce que vous envisagez pour Pakgne ? Des sorties à l’international, le format des épisodes ?

Marcelle : Des sorties à l’international on peut dire oui c’est en cours et augmenter le format pour l’instant on est en train de réfléchir parce que les épisodes qu’on a réalisé jusqu’ici on est en train de voir comment on peut faire pour que les gens soient un peu plus satisfait.

Un dernier mot avant qu’on ne se sépare ?

A tous les pakgneurs et les pakgneuses on vous remercie d’avoir partagé cette belle aventure avec nous en durant l’année 2017 et on espère que vous serez des nôtres aussi en 2018 et que vous ne serez pas déçu de ce qu’on prépare pour vous et vous allez l’accueillir à bras ouvert, partager, aimer, commenter… Et pour ceux qui ne sont pas encore abonné abonnez-vous. On vous souhaite une très belle année, que le Seigneur vous bénisse et qu’il pose une main sur vos doigts afin que vous « likez » (rires).

Propos recueillis par Colbie MEDJOM

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page