You cannot copy content of this page

RECAN 2019 : Retour sur les grandes lignes à Yaoundé

La cérémonie de clôture de la Rentrée Culturelle et Artistique Nationale a eu lieu le 29 septembre dernier sous le regard attentif du ministre des arts et de la culture au Musée National. Cette 4e édition qui se déroulait simultanément dans toutes les 10 régions était placé sous le thème « Contribution du sous-secteur Arts et Culture dans la consolidation davantage de la Paix, de l’Unité et du Vivre-ensemble harmonieux pour un Cameroun émergent ».

Rappelons que cette clôture était prévue pour le 1er octobre mais en raison de la tenue du dialogue national récemment instauré par le président de la république, le calendrier a été modifié.

C’est au total 23 pôles artistiques et culturels qui se sont exprimées tout au long de ces 25 jours qu’a duré la RECAN. Au lendemain de l’ouverture de la RECAN, chacun de ces pôles a eu droit à une journée spéciale pour démontrer le talent et exposer le savoir-faire de ses acteurs.

Le bal des pôles artistiques et culturels

C’est le « pôle théâtre, conte et humour » qui a ouvert le bal des activités le 11 septembre au musée national. Pour ce qui est de la ville de Yaoundé, ce secteur ce jour a offert une conférence sur la contribution du théâtre pour un meilleur vivre-ensemble. S’en est suivi un spectacle libre auquel ont participé des poètes, slameurs, humoristes et conteurs. La journée s’est achevée avec la représentation de la pièce « Mélopée », écrite par André Bang, Rigobert Tamwa, Annie Tchawack et Landry Nguetsa.

Le 12 septembre a été marqué par le passage du pôle « danse ». Tout comme le précédent, ce pôle a proposé une table-ronde sur la contribution de la danse au rayonnement des arts et de la culture pour le vivre-ensemble harmonieux et l’unité nationale. La suite était réservée à un atelier d’apprentissage des différents styles de danse au cours duquel les professionnels ont partagé leurs connaissances avec les amateurs. Pour terminer la journée en beauté, il a été offert au public un spectacle qui avait pour idée générale la promotion de la diversité culturelle camerounaise à travers la danse.

Le jour suivant était réservé aux « arts littéraires » coordonnés par le professeur Nkemngong John Nkengasson. Ils étaient à l’occasion reliés aux espaces dédiés aux éditeurs. Cette journée a également servi de prétexte pour récompenser solennellement les lauréats du concours national des jeunes auteurs 2019.

Le 14 septembre quant à lui a été consacré au pôle « arts cinématographiques et audiovisuel » qui avait à sa tête le patron du festival Ecrans Noirs, Bassek Ba Kobhio. Les acteurs de cette galerie ont offert au public un conférence-débat libre qui s’est soldée par des importants points de désaccord entre les cinéastes. Pour détendre l’atmosphère, il nous a été servi les projections des films « Angles », « Mes silences » et « Rebel Pilgrim ».

Instant flexible avec le passage des pôles « arts plastiques », « arts visuels et graphiques » et « art multimédia » le 15 septembre. Chacun de ces pôles a utilisé cette journée pour montrer un aperçu de ce que le Cameroun a de plus beau. Les artistes l’ont d’ailleurs bien prouvé à travers les tableaux, portraits, sculptures qui étaient réalisés sur place. Le public a aussi eu droit à des expositions de peintures, de dessin et même des séances de body-painting.

La journée du 16 septembre était pour sa part réservée au pôle « arts de la rue et de l’espace public », qui regroupe en son sein une vingtaine de métiers déjà présents dans d’autres pôles.

Lire aussi “Quel bilan pour le pôle arts de la rue et de l’espace public?”

Ensuite, c’était au tour des pôles « mode et design » et « concours de beauté » de monter au créneau avec leurs activités. La galerie concours de beauté pour marquer son passage a proposé le concours « miss et mister RECAN 2019 » à l’issu duquel Diyaui Kanga Martiale et Ayissi René Joseph ont été élus miss et mister.

Les 18, 19, 20 et 21 septembre étaient dédiés aux pôles « bien-être et esthétique », « art culinaire », « artisanat d’art », « détenteurs des savoirs immatériels et arts divinatoires » et « médecine alternation africaine et pharmacopée » respectivement.

Le pôle « photographie d’art » coordonné par Aristide Esso s’est déployé le 22 septembre avec des ateliers thématiques sur la photographie analogique, numérique et les débouchés de la photographie d’art et par la suite une conférence-débat des séances de shooting gratuites.

Vint ensuite le tour des pôles « jeux traditionnels », « professionnels de l’information et organisation des savoirs », « expression artistique et artistique à l’enseignement de base, secondaire et supérieur » les 23, 24, 25, 26 et 27 septembre.

Le bal des pôles s’est refermé avec la galerie « art musical » le 28 septembre. Le pôle coordonné par Ateh Bazore pour sa journée n’a pas dérogé à la règle de la conférence-débat et la cerise sur le gâteau un concert live avec une quarantaine d’artistes. Il convient de noter également que ce pôle comme contribution à la promotion de la paix au Cameroun a commis une chanson intitulée « Let’s sing for peace ».

 « Enjeux et perspectives de création d’une fédération artistique ». Les artistes sont-ils prêts pour la fédéralisation ?

L’un des objectifs de cette RECAN tel qu’institué par le MINAC reste la création des pôles artistique en fédération. C’est d’ailleurs ce qui a fait l’objet de la plupart des conférences qui ont été organisées au Musée National.

Au vue de cela, le constat fait sur le coup indique que les artistes de manière générale sont pour la vie en fédération, seulement ils sont conscients qu’ils doivent chacun à son niveau apporter une réelle contribution pour que ce projet soit une réussite. Toutefois, ils sont unanimes sur un point : il est important de promouvoir l’unité nationale et le vivre-ensemble.

La question reste et demeure une semaine après la fin de la RECAN 2019 : sont-ils effectivement prêts pour ce nouveau mode de fonctionnement ? La réponse à cette question telle que donnée par certains coordonnateurs que nous avons rencontrés laisse croire que oui car c’est un projet qui arrive à point nommé sachant que les fédérations artistiques existent déjà ailleurs.

Lire aussi “Aladji Touré participe à la RECAN 2019”

Et les grands projets du ministère des arts et de la culture ?

L’un des points essentiels à retenir de la RECAN 2019 est l’espace qui a été réservé au MINAC pour dévoiler ses grands projets.

C’est au cours de la cérémonie de clôture à Yaoundé que les responsables desdits sont passés à tour de rôle présenter ce qui a été appelés «  les grands projets du MINAC ». Ils sont au total 5 projets qui vont constituer le cheval de bataille du ministre Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt dans les mois, voire années à venir. Il s’agit entre autres de :

  • La cité de l’émergence qui est un hyper complexe culturel futuriste qui a pour objectif d’améliorer l’offre infrastructurelle artistique et culturelle camerounaise. Elle abritera les archives nationales, l’université des arts et de la culture, un centre d’affaires et un parc de loisirs et sera construit sur une superficie de plus de 1000 hectares dans la commune de Yaoundé 7;
  • La réhabilitation et l’extension des archives nationales des bâtiments de Yaoundé et de Buea dont la maquette a été présentée séance tenante. Selon le Dr Olembe, directrice des archives nationales, ces bâtiments qui abritent nos archives depuis 2 siècles déjà « ne sont pas des bâtiments dédiés à la conservation des archives ». De ce fait les travaux ont déjà été lancés depuis le mois de mai ;
  • Du projet « mother of humanity monument » dont le dossier de construction a été présenté au public par le partenaire financier Ark Jammers. Ce monument sera érigé dans la ville de Kribi ;
  • Du projet Bimbia et la liste des biens à inscrire au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Rentrée Culturelle Artistique et Nationale 2019 s’achève donc après avoir célébré la diversité culturelle et artistique camerounaise à travers les 10 régions pendant 25 jours. Reste plus qu’à espérer que le processus de fédérations artistiques prenne effectivement forme et que cela puisse contribuer à l’épanouissement des artistes camerounais.

Follow and share if you liked
error0

Colbie Medjom

Next Post

Harlem William: le nouveau phénomène rap Kmer à suivre de très près

mer Oct 9 , 2019
Cette semaine dans la rubrique « découverte de la rédaction» nous vous proposons un nouveau visage du rap auquel vous devriez vous habituer dans les jours à venir. Ce dernier n’est autre qu’ Harlem William, un rappeur qui nous vient de la ville de Douala. C’est dans un foyer polygamique que […]

Archives

Follow by Email
Facebook
Facebook
Instagram0