Depuis le 2 mai dernier, nombreuses sont ces africaines qui s’inscrivent pour le concours Miss Mixa Afrique 2017.  Elles auront jusqu’au 31 mai pour déposer leurs candidature et espérer être retenue pour la grande finale. Et c’est le 15 Juin qu’une seule d’entre elles sera couronnée Miss Mixa Afrique pour cette deuxième édition. Pour l’heure nous sommes allé à la rencontre de la toute première Miss Mixa Afrique en la personne de Mégane Astride Deutou de nationalité camerounaise ; dont le mandat s’achèvera au soir de l’annonce de la future Miss. La première Miss Mixa Afrique nous parle de son aventure.

Quel est le rôle de Miss Mixa Afrique ?

Avant tout, une Miss est une ambassadrice, l’image d’une marque. Une Miss Mixa Afrique est donc l’image de la beauté africaine telle que Mixa la conçoit. Son rôle est donc de représenter la marque à l’échelle internationale.

Qu’est-ce qui t’a motivé à participer à ce concours en 2016 ?

Ma réelle motivation a été de dénoncer le blanchissement de la peau noire et de valoriser l’utilisation des produits naturels. Ces produits naturels qui sont à la base rejetés pour leur forte odeur désagréable, mais que Mixa a su mettre à profit et ainsi allier naturel et bien-être. Raison pour laquelle je n’ai pas hésité à me présenter à cette compétition puisque la marque et moi partageons les mêmes valeurs sur l’entretien de la peau africaine.

Comment s’est passé ton aventure ?

Mon aventure Miss Mixa Afrique a été incroyable. Les responsables de la communication du concours ont fait un superbe job. Ils m’ont accompagné à chaque étape, de mon départ du Cameroun jusqu’à mon arrivée à Paris. J’ai vécu un rêve, c’était incroyable. Je me sentais comme une de ces stars qu’on à l’habitude de voir sur son petit écran. À Paris, j’ai fait la connaissance des responsables du magazine « Amina », j’ai pu découvrir la toute première publication du magazine. J’étais très émue car c’est un magazine que je lis depuis toute petite. Une autre belle rencontre était aussi celle avec l’ex Miss France et visage de la marque, Sonia Rolland, avec qui j’ai beaucoup échangé sur mes ambitions. Je garde vraiment de bons souvenirs de cette aventure. C’est une expérience vraiment à vivre au moins une fois dans sa vie car on a qu’une seule vie.

Quel(s) conseil(s) peut tu donner aux candidates Miss Mixa Afrique 2017 ?

Le conseil que je peux leur donner c’est de ne pas se décourager et d’avoir confiance en elles. Car c’est surtout le découragement qui nous empêche d’aller plus loin, de réaliser nos rêves. Moi par exemple, je m’étais inscrite à 5 jours de la clôture des inscriptions. J’étais à deux doigts de renoncer mais je n’ai pas céder. En fait je me disais que les autres candidates avaient eu 3 semaines d’avance et que je n’allais pas pouvoir gagner. Mais je n’ai pas pour autant abandonné, je ne me suis pas décourager. J’ai redoublé d’efforts et je me suis donné les moyens de réussir et ça a plutôt bien payé.

Quels sont tes projets après Miss Mixa Afrique ?

Vu que la culture est un sujet qui me tient à cœur, j’ai quelques petits projets en tête qui auront pour but de réconcilier le peuple camerounais avec sa culture. Ces projets vont s’étendre dans les domaines des loisirs, de la mode et du tourisme.

 

Propos recueillis par Inès Maelle PAPGOUO

Like and share if you liked!
You cannot copy content of this page