You cannot copy content of this page

Virginie Ehana, une comédienne déterminée en pleine éclosion

Comme nous avons coutume de dire ici, le Cameroun regorge d’un nombre incalculable de talents tout art confondu. Après le chanteur Ful, nous nous intéressons à présent à un nouveau visage du cinéma camerounais. Il s’agit de Virginie Ehana, une actrice à laquelle vous devez désormais vous habituer.

Virginie Ehana/ DR

Virginie Ehana, 29 ans, n’a pas toujours été intéressée par l’univers de l’art. C’est la curiosité et l’envie d’expérimenter quelque chose de nouveau qui vont la conduire au club théâtre au secondaire. Après l’obtention de son baccalauréat en 2008, elle fait une découverte qui va influencer son choix de carrière. « C’est en allant me préinscrire à l’université que je découvre qu’il existe une filière qui forme dans les arts du spectacle et je choisis cette option ». Nous confie Virginie Ehana.

L’actrice en devenir au moment de faire le choix de cette filière sera motivée par le désir de « déverser » ses frustrations dans une activité lucrative. Introvertie de nature, Virginie voit en ça un canal pour s’exprimer. La vie d’étudiante entamée, elle s’intéresse à de nombreux projets liés au cinéma et au théâtre. En 2014 elle participe au casting de la série « Premiers secours en milieu africain » organisé par le Conseil International des Radios-Télévisions d’Expression Française (CIRTEF). A l’issu de cet exercice elle se voit confiée un rôle qui lui a permis de jouer dans un épisode de la série.

Deux ans plus tard, Virginie Ehana fait un nouvel essai en jouant avec dans « J’aime », un court métrage écrit par Lea Malle Frank Thierry, réalisé par le duo Laurita Ngringeh et Danielle Simo et produit par Inception Arts and Com. Sa performance dans ce film n’a pas laissé indifférent le jury du festival international du film indépendant de Bafoussam édition de 2018 qui va lui décerner la silhouette d’or de la meilleure interprétation féminine.

La même année, Virginie Ehana a enfin l’occasion de participer à ce qu’elle considère comme son « premier projet professionnel », à savoir le film « Mes vampires ». Le court métrage écrit et réalisé par Frank Thierry Lea Malle va permettre à la comédienne de véritablement s’exprimer à travers le personnage de tata Abomo accusée de pratiques obscures par la nièce de son amie qui est atteinte d’une maladie mentale. Le film va remporter le prix du meilleur scénario et du meilleur cadrage au Festival Urbain du Film et Documentaire (FUFIDO, 2016).

Après « Mes vampires », c’est le début d’une fructueuse collaboration entre Virginie Ehana et le collectif Inception Arts and Com de Frank Thierry Lea Malle puisqu’elle se verra attribuer l’un des rôles principaux du nouveau film de ce dernier, « Point de vue ». Dans « Point de vue », Virginie donne la réplique à Landry Beyeme, qui y joue un roi qui banalise la condition de la femme dans la société. Tout comme le précédent, le film remporte de nombreuses récompenses au Cameroun et à l’étranger.

Au même moment, la nouvelle comédienne se produit également au théâtre. On la voit dans des pièces telles que « Proverbes au coin du feu », « La dernière aimée » et «Nkenguegi» mises en scènes par Ambroise Mbia, Ornella Ngongang et Dieudonné Niangouna respectivement.

En 2017, elle fait partie du casting de « Les héritiers », un film de 25 minutes réalisé par Huberto Bekolo aux côtés de l’écrivain Pabe Mongo. Un an après elle poursuit son ascension et apparaît dans « Angles », une réalisation de Frank Thierry Lea Malle qui nous apprend en 15 minutes que « nous sommes tous les angles d’une même figure » et le film « Neighbour » de Stella Tchuisseu.

2019, est l’année de consécration pour la belle Ehana qui est à l’affiche de « Innocent(e) », qui est à la fois son premier long métrage et celui du réalisateur Frank Thierry Lea Malle. Pour ce projet, elle va devoir se surpasser étant donné qu’elle joue le personnage d’un sous-officier de la gendarmerie qui doit faire face à une instabilité dans son mariage et aller au-delà des préjugés sexistes pour résoudre une affaire de double tentative de meurtre.

Axel Abessolo et Virginie Ehana, “Innocent(e)” 2019/ Inception Arts and Com (c)

En attendant la sortie de « Innocent(e) », Ehana s’adonne à d’autres activités comme l’assistanat à la mise en scène avec Ambroise Mbia. Elle a aussi un penchant pour l’art musical qui est pour elle un autre moyen d’exprimer ce qui est enfoui au fond d’elle. Elle a d’ailleurs participé au projet musical « Je te revois » avec Thierry De Ngangoum et fait la reprise du single « La femme de ma galère » de Salatiel.

Inspirée par des actrices afro d’Hollywood comme Woopi Goldberg et Taraji P. Henson, Virginie Ehana aspire à une carrière sur le long terme sur le plan local et international, ce que nous lui souhaitons d’ailleurs. Son astuce pour y arriver ? Se former encore et encore car pour elle « Si on a de grandes aspirations on devrait travailler dur pour un meilleur rendu. Si on met au travail la formation on ira loin ».  A côté, elle trouve que le cinéma camerounais a « beaucoup de volonté mais pas assez de substance », ce qui fait de la pratique du métier d’acteur un véritable challenge. « Le Cameroun a beaucoup à offrir au monde, il serait préférable de mettre l’accent sur le fond, la forme viendra sans trop d’efforts ». Conclu-t-elle.

Colbie MEDJOM ©

Follow and share if you liked
error0

Colbie Medjom

Next Post

Festival SLAMeroun : Le Cameroun tient son premier festival de slam

jeu Mai 30 , 2019
La première édition du Festival International SLAMeroun aura lieu du 20 au 23 juin 2019 à Yaoundé sous le thème “Le slam au service de la paix au Cameroun”. Cette manifestation qui valorise le slam en ce qu’il célèbre la langue et donne du pouvoir à l’expression, est organisé […]

Archives

Follow by Email
Facebook
Facebook
Instagram0